Artiste malgré lui

Quinze années se sont écoulées pendant lesquelles Joukhadar était absorbé à des questions d’ordre scientifique. Lorsqu’un après-midi, excédé après une longue séance avec un informaticien pour la mise au point d’un logiciel pour ses recherches en mathématiques, Joukhadar a machinalement griffonné un motif textile. Le résultat fut si agréable et surprenant qu’il se trouva pris au jeu chaque fois qu’il en avait l’occasion. Quelques milliers de motifs de plus en plus élaborées et raffinées furent réalisées au cours des  dernières années de sa vie, tous avec une rapidité et une aisance désarmantes.

La dextérité et l’aisance accompagnant ce feu d’artifice de formes et de couleurs participèrent à ramener Joukhadar à l’art. Elles l’ont convaincu que l’art n’était pas pour lui un violon d’Ingres mais bien une vocation d’où la nécessité de sortir ses œuvres de leur citadelle dorée. Il avait toujours évité le circuit des galeries et expositions, bien qu’un certain nombre de ses tableaux soient allés rejoindre des Renoir, Picasso, et Matisse de certaines grandes collections privées.